Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SCIencextrA

SCIencextrA

Menu
AVEC TRAPPES DEMANDEZ VOUS POURQUOI IL Y UNE ISLAMOPHOBIE EN FRANCE !

AVEC TRAPPES DEMANDEZ VOUS POURQUOI IL Y UNE ISLAMOPHOBIE EN FRANCE !

PARIS (Reuters) – Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a lancé un appel au calme samedi au lendemain d’incidents à Trappes, dans les Yvelines, où des heurts ont éclaté dans la nuit entre des habitants et les forces de l’ordre.

Les échauffourées, qui ont commencé vendredi soir vers 21 heures, ont semble-t-il eu pour origine l’interpellation, la veille, d’un homme qui s’était opposé au contrôle par la police de son épouse intégralement voilée.

La tension semblait être retombée samedi dans la ville, située à l’ouest de Paris.

« S’en prendre aux forces de l’ordre, à un commissariat, à des bâtiments publics, à la façade d’un immeuble, tout ça est inacceptable. Dans un Etat de droit, l’ordre républicain doit s’imposer et aucune raison ne justifie ces violences », a déclaré Manuel Valls lors d’un déplacement à Marseille.

« J’en appelle au calme, (qui) doit revenir le plus vite possible », a-t-il ajouté. « L’ordre républicain sera rétabli à Trappes, il n’y a pas d’autre voie possible. »

Six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, et un adolescent de 14 ans a été blessé à l’oeil, a déclaré le procureur Vincent Lesclous à la presse. Une enquête a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale.

Le bilan matériel des violences n’a pas encore été chiffré.

« Il y a eu des bris d’abribus, des bris de mobilier urbain, beaucoup de poubelles brûlées », a précisé Jean-Marc Galland, directeur de cabinet du préfet des Yvelines.

Un important dispositif policier a été déployé dans la nuit aux alentours du commissariat. Il y restera « tant que l’on sentira qu’il y a une menace à l’ordre public », a indiqué lors d’une conférence de presse le préfet des Yvelines, Erard Corbin de Mangoux.

Le nombre de policiers présents sur les lieux n’a pas été communiqué.

TRACES DE STRANGULATION

La droite et l’extrême droite ont condamné ces violences urbaines, certaines voix s’élevant pour dénoncer le laxisme présumé des autorités en matière de lutte contre la délinquance.

« Si les mots sont forts, les actes sont faibles et la protection des Français moins bien assurée », a déclaré sur BFM TV l’ancien ministre UMP de l’Intérieur Brice Hortefeux.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, qui a appelé le gouvernement à « taper du poing sur la table », a dit voir dans cet événement un « communautarisme exacerbé ».

Jeudi, un homme a été interpellé après s’être opposé au contrôle de sa femme, intégralement voilée.

Il « s’est opposé au contrôle de façon virulente en injuriant et frappant un policier », explique Jean-Marc Galland, précisant que des « traces de strangulation » ont été décelées sur le cou du fonctionnaire.

Burqa-Niquab-sciencextra

Suite à son placement en garde à vue, des habitants de la ville, qui contestaient cette version, ont demandé des explications.

Des témoins de la scène ont fait état de provocations et d’usage abusif de moyens physiques des forces de police lors du contrôle, selon le Collectif contre l’islamophobie en France, qui dénonce une « déferlante islamophobe » dans le pays.

Dans la soirée, les policiers ont constaté un « attroupement hostile » de près de 250 personnes autour du commissariat, poursuit Jean-Marc Galland. « Il n’y avait pas de meneur identifié, pas de revendication identifiée. »

Les manifestants ont jeté des projectiles en direction du commissariat et des forces de l’ordre lors d’affrontements, avant de se disperser vers 3 heures du matin.

Danielle Rouquié et Chine Labbé, édité par Jean-Stéphane Brosse

BVOLTAIRE