Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SCIencextrA

SCIencextrA

Menu
La Commission européenne s'occupe de nos CACAS

La Commission européenne s'occupe de nos CACAS

Faute d’avoir réussi à réglementer la taille des bouteilles d’huile d’olive ou la courbure des concombres (projets véridiques, mais abandonnés), la Commission européenne entend bien se rattraper avec un péril majeur, à côté duquel chômage, terrorisme, mariage pour eux et taxes pour tous ne sont que pipi de chardonneret…

Elle a ainsi mobilisé « experts et industriels une année entière pour recenser les meilleures pratiques en matière de toilettes ». Leur rapport – 60 pages ! – est accablant.

Fin prête, la Commission va donc pouvoir adopter dès cette première semaine de novembre « la nouvelle norme de chasses d’eau », apprend-on sur le site EurActiv, spécialisé dans les « actualités & débats européens dans votre langue ». Soixante pages pour rendre compte des conclusions, tâches accomplies : définir le champ de l’étude d’impact, définir le produit, réaliser des analyses économiques et de marché, étudier le comportement de l’utilisateur, évaluer le scénario de base, identifier les meilleures technologies disponibles et celles qui ne le sont pas encore…

Nous en apprenons ainsi de belles. Qui savait qu’« aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, l’installation de chasses qui utilisent plus de 6 litres d’eau est interdite », et que cela « pourrait également bientôt devenir le cas en France et au Portugal » ? Plus incroyable encore : « Au Royaume-Uni, l’installation de toilettes qui consomment moins de 6 litres d’eau par chasse est encouragée, mais dépend, entre autres, de la situation géographique de la propriété, de sa date de construction et du système de drainage. La Commission note qu’en Grande-Bretagne, certaines toilettes requièrent 7 ou 9 litres d’eau par chasse d’eau… » Ça, c’est de l’info, isn’t it !

Mais les révélations les plus troublantes sont probablement que « les procès-verbaux de l’une des réunions du groupe de travail mettent en évidence les “conclusions principales” suivantes : les sièges et les abattants des toilettes ne sont pas vraiment associés à la fonction du produit ; [ils] sont souvent vendus indépendamment du “produit” principal ; le choix des consommateurs [...] est très variable. Selon les experts, deux “éléments principaux” semblent avoir des conséquences sur la consommation d’eau des toilettes à chasse et des urinoirs : le design et le comportement de l’utilisateur. »

wc-sciencextra-sale-propre-nettoyage-crade-porc-co-copie-1

Comment a-t-on pu, jusqu’à présent, poser culotte tout en l’ignorant ?

Mais rassurons-nous, « à partir des discussions avec les parties prenantes, les experts ont décidé de fixer le volume moyen du réservoir comme suit : “la moyenne arithmétique entre un réservoir plein et trois volumes réduits” ». Ouf ! Ça soulage, hein ? C’est que cela commençait à nous gargouiller sévère ! C’est sans doute de là que vient l’expression « la peur au ventre » ! À n’en pas douter.

Et combien a-t-on dépensé pour cette histoire « à pisser de rire » ? Finalement, c’est plutôt à pleurer. 6, 7 ou 9 litres, c’est comme on veut ; là, au moins, on n’est pas limité. Enfin, pas encore…

   BVOLTAIRE