Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SCIencextrA

SCIencextrA

Menu
La X-Box One passe au hachoir avec Sony.

La X-Box One passe au hachoir avec Sony.

En ce moment se déroule à Los Angeles l’E3 (Electronic Enterntainement Expo), la grand messe annuelle des amateurs de jeux vidéo. Cette année voit la présentation de la prochaine génération de consoles et le moins que l’on puisse dire, c’est que la mauvaise communication de Microsoft autour de sa X-Box One fait les choux gras de Sony. 

 

 

 

Commençons par la X-Box One, au centre de nombreuses polémiques. On rappellera en préambule que Microsoft a été cité comme l’une des grandes entreprises dont les données peuvent être utilisées librement par la NSA au travers de son programme PRISM, autorisé par le Patriot Act. 

Ce n’est pas anodin lorsque l’on sait que la X-Box Onesera en veille en permanence, n’attendant, a priori que les mots «xbox on» pour se mettre en fonction. Mais pourra-t-elle enregistrer vos conversations et vos faits et gestes en dépit de ce demi-sommeil ? Et une fois « allumée », où seront transmises les données collectées par la console ? Comment seront-elles utilisées ? La X-Box One a tout du mouchard dans le salon. 

« BIG BROTHER IS WATCHING YOU », BIENTÔT UNE RÉALITÉ ?

La console aura en effet en permanence un œil et une oreille braqués sur vous. La fameuse fonctionnalité Kinect, le capteur de mouvements inauguré sur X-Box 360, sera directement incorporé dans l’architecture de la nouvelle console et jamais complètement hors tension, sauf, bien sûr, si vous débranchez la console. Qu’est-ce qui empêchera Microsoft d’analyser l’intérieur des joueurs, leur vie, leurs comportements ? Ou des hackers de s’emparer de cette fonctionnalité avec la même facilité qu’ils ont pour pirater chaque génération de console Microsoft ? On se croirait dans un épisode de Homeland, mais la réalité risque bien de dépasser la fiction. 
  
Lorsque l’on apprend qu’en sus, la X-Box One nécessitera une connexion à internet toutes les 24 heures pour pouvoir jouer, que les jeux de la X-Box 360 ne seront pas rétro-compatibles, et qu’il ne sera pas possible de prêter un jeu à un ami pour qu’il puisse y jouer aussi – sauf s’il s’acquitte d’une «certaine somme»- car chaque jeu acheté sera lié à un compte Microsoft, on ne peut pas s’empêcher de penser que la firme de Redmond est en train de nous bananer quelque chose de violent

Cette mauvaise communication auprès des joueurs a en tout cas été récupérée avec maestria par Sony, qui s’est contentée lors d'une conférence très simple, de démonter point par point les problématiques soulevées par la X-Box One. Ainsi La Playstation 4 ne nécessitera pas de connexion internet obligatoire pour jouer, il sera possible de prêter simplement ses jeux à des amis, ou de les revendre dans des magasins d’occasion (qui peinent à entretenir leur business tant les restrictions similaires à celle mise en place par Microsoft font mettre la clé sous la porte à plusieurs grandes enseignes. ) 

Et, le nerf de la guerre, la Playstation 4, sur le papier légèrement plus puissante que sa consoeur, coûtera 399 euros au lieu des 499 de la X-Box. Seul bémol, jouer en réseau sera désormais payant sur la console de Sony. On espère que l’argent récolté permettra d’éviter les hacks tel que celui qu’avait subit la PS3 en son temps. 
  
Cerise sur le gâteau, Nintendo est aussi dans le collimateur des gamers pour avoir décidé de récupérer l’argent généré par les youtubeurs qui utilisent des jeux de la marque dans leurs vidéos. Sony, de son côté, propose un bouton «share» sur sa mannette qui encourage tout au contraire les joueurs à partager les vidéos de leurs prouesses numériques. 
  
L’échec de la PS Vita, la console portable de Sony, semble avoir motivé le constructeur à être un peu plus à l’écoute de joueurs. Bien lui en a pris car d'ores et déjà ; la PS4 a gagné la bataille de la plèbe. Il reste à concrétiser cette bienveillance nouvellement acquise par de somptueux soft exclusifs à l’image de The Last of Us, qui vient conclure en beauté la génération de jeux de son aînée…