Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SCIencextrA

SCIencextrA

Menu
Les militants de gauche sont les vrais fascistes

Les militants de gauche sont les vrais fascistes

Comme c’est dommage qu’on n’ait pas eu cette vidéo de la mort de Clément Méric deux jours plus tôt ! On aurait pu la passer sur écrans géants à la manifestation organisée dimanche à Paris contre le fascisme et tous ses avatars, histoire de voir enfin le visage de la bête immonde. Bon, il n’aurait pas fallu trop s’attarder sur les détails, au risque de constater que le monstrueux assassinat, voire le lynchage un temps évoqué par nos têtes pensantes, tenait davantage de la bagarre à mains nues, dans laquelle le militant antifasciste n’a pas joué que le beau rôle : on le voit attaquer par derrière Esteban Morillo, déjà aux prises avec deux camarades, et lui porter un coup à la tête. Le militant d’extrême droite se retourne illico, et assène en retour à son agresseur un violent coup de poing, apparemment unique. Méric tombe. Méric meurt.

Évidemment, ça donne une furieuse envie de faire une petite recherche, histoire de voir ce qui se disait début juin, à l’annonce de cette mort, surtout quand on apprend en sus que des photos de Morillo et sa compagne circulaient sur des sites antifascistes, et qu’ils auraient pu être reconnus le soir funeste. Petit florilège non exhaustif : « Ceux qui mettent un signe égal entre l’extrême droite et le Front de Gauche doivent maintenant se taire. » (Eva Joly) ; « Mettre dos à dos une extrême droite et une extrême gauche, c’est au fond atténuer la responsabilité en l’occurrence des agresseurs. » (Najat Vallaud-Belkacem). Malgré la concurrence relevée, la palme échoit d’un cheveu à Pierre Bergé. Je le cite pour ne pas la déformer, si je puis dire : « La Manif pour tous a accepté dans ses rangs ces fachos qui ont tué Clément. » Beau comme de l’antique qui aurait mal vieilli.

Autre petit regret : que les médias sur rue n’aient pas fouiné du côté des médias souterrains, parce que le témoignage du vigile affirmant que les antifa avaient provoqué leurs homologues droitiers, on le leur aurait fait suivre avec plaisir. Tant qu’on y est, j’ai aussi une question bête : pourquoi la préfecture de police a-t-elle attendu près de trois semaines pour rendre publique cette vidéo, tournée par une caméra de surveillance de la RATP ? Pour attendre que la pression retombe, a répondu un haut fonctionnaire au Figaro. Ah ? Parce que donner la vraie version tout de suite, ça n’aurait pas permis d’éviter de tomber dans un sketch façon Inconnus : le mauvais extrémiste, il voit un ennemi, il cogne ; le bon extrémiste, il voit un ennemi, il cogne ; mais c’est un bon extrémiste ?

Mais bon, ça y est, ça commence à connecter là-haut. Dimanche soir, l’hommage à Clément Méric a fait voler bon nombre de vitrines et d’abribus en éclats, suscité des tags polissons, à l’instar de ce petit Nik La France. Manuel Valls nous parle désormais de casseurs qui n’ont pas respecté « l’esprit de ce rassemblement ». Ça nous rappelle drôlement le ton des commentaires pré et post-manifestation nationale du 26 mai. Mais il faut lui laisser le temps à Manuel. Quand on a ses chouchous, on a dû mal à croire qu’ils font les cons dans votre dos dès que vous écrivez au tableau. Et puis, la nuit suivante, rebelote ! Un local du PS vandalisé à Paris. Avec une signature limpide, à la bombe de peinture fasciste : un A. Comme anarchiste… Le maire PS du XXe arrondissement ne s’y est d’ailleurs pas trompé, dénonçant, martial, de « lâches méthodes qui nous rappellent les sinistres années 30 ». Bref, y’a encore du boulot.

hitler-guerre-force

Mais revenons-en à notre vidéo. Si Morillo peut invoquer la légitime défense, voilà qui complique la dissolution de Troisième Voie et desJeunesses nationalistes révolutionnaires, espérée pour la fin du mois par le gouvernement. Non, mais c’est lourd là, tout ce réel qui déboule comme un chien fou dans un jeu de quilles idéologiques… Et puis quoi encore, bientôt on va nous dire qu’il faut interdire les groupuscules des gentils en plus de ceux des méchants ? Et pourquoi ne pas prétendre que l’antifascisme tue lui aussi, tant qu’on y est ? Baste ! Remettons plutôt la menace fasciste au milieu du village, le confort intellectuel n’a pas de prix.

BVOLTAIRE