Les spécialistes de cryptozoologie du monde entier s’intéressent depuis longtemps à cette créature. Les chercheurs ont eu la possibilité de bien étudier le lac Loch Ness et se rendre compte que le monstre qui y vit se cache de manière très ingénieuse, ou n’existe pas à la grande déception de ceux qui y croient. Quant au lac Labynkyr, il n’a presque pas été étudié, et il y a dans des chances d’y trouver le « confrère » de Nessie.

Le lac Labynkyr se trouve dans le district d’Oïmiakon à l’Est de la Iakoutie. La ville la plus proche de ce lac, Tomor, se trouve à quelques 150 kilomètres de là. Et compte tenu des conditions climatiques sévères qui prévalent la plupart du temps dans cette zone et la quasi absence de routes, il est difficile d’étudier les profondeurs de ce lac.

Timour Ivantsov, fondateur du « Club des voyageurs intrépides » partage les informations qu’il possède avec La Voix de la Russie.

« Les habitants locaux sont persuadés qu’une créature ancienne et très dangereuse vit dans les eaux profondes du lac. Elle se distingue par sa violence et son envie de sang. C'est pourquoi on l’a surnommée « le diable ». Les locaux disent que cette créature a une taille très impressionnante, elle est de couleur brune, avec des yeux enfoncés et une tête énorme. Elle mange de tout : des brochets, d’autres poissons qui vivent dans le lac. Mais le monstre peut emporter avec lui dans l’eau un chien, un cerf, et même des hommes. Des rumeurs courent que les hommes disparaissaient dans cette région, mais je pense que ce sont juste des rumeurs pour attirer les touristes. »

Les légendes sur le monstre de Labynkyr ne datent pas d’aujourd’hui. La première fois on en a parlé en 1958, lorsque le journal Molodej’ Iakoutii(La jeunesse de la Iakoutie) s’est posée la question où se trouve « cet animal étrange ». Le monstre est devenu très populaire dans les années 1960, lorsque le biologiste Igor Akimouchkine a publié un article interssant dans l’un des plus vieux magazines géographiques russesVokroug Sveta (Autour du monde). Un an plus tard, il a complété son article par des fragments du journal du géologue Viktor Tverdokhlebov. Le chercheur était persuadé qu’il a vu le monstre de Labynkyr de ses propres yeux. Mais cela ne s’est pas passé près du lac voisin, le lac Vorota.

« Une créature grise de forme ovale est montée au-dessus de l’eau », écrivait-il. « Et sur le fond gris on pouvait clairement identifier deux points lumineux qui ressemblent aux yeux de l’animal. Et de son corps ressortait quelque chose qui ressemblait à un bâton ... Une nageoire peut-être ? Ou le harpon d’un chasseur malchanceux ? Nous avons vu qu'une petite partie de l'animal, mais avec ce qui restait sous l’eau il semblait énorme. <...> Nous voyions en face de nous un véritable prédateur, sans doute, l'un des plus puissants prédateurs les du monde: impitoyable, férocité significative, ce qui se sentait dans chaque mouvement. Une centaine de mètres de la rive de l'animal arrêtés. Cela ne faisait aucun doute: nous avons vu le « diable » de ces lieux. »

Récemment, le magazine Vorkroug Sveta a remonté ses archives et a envoyé une expédition au lac Labynkyr dans l'espoir de retrouver le monstre légendaire. Malgré les conditions météorologiques extrêmes, l'équipe a quand même réussi à faire plusieurs plongées dans le lac, mais elle n’a pas pu apercevoir « le diable » du lac. Toutefois, les spécialistes de cryptozoologie ne désespèrent pas: ils sont persuadés que les monstres comme Nessie arrivent à bien se cacher.

LA VOIX DE LA RUSSIE   Un-monstre-du-Loch-Ness-Russe-sciencextra.fr.jpg