Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SCIencextrA

SCIencextrA

Menu
Les socialistes continuent de massacrer le bon peuple.

Les socialistes continuent de massacrer le bon peuple.

Le gouvernement a tranché : la réforme de la politique familiale portera uniquement sur la modification du quotient, qui devrait toucher 12 % des familles, et sera concentrée sur celles qui sont les plus aisées. Ouf, l’universalité du système ne sera pas remise en cause, et le président de l’UNAF en danserait presque un petit pas de gigue pour fêter l’événement.

caricature francois hollande by cyrielkiller-d4psysm1

Que la branche famille de la Sécurité sociale soit structurellement excédentaire, que la bonne santé de la fécondité française soit l’un des rares indicateurs à long terme positif pour notre nation, que l’économie finale ne sera probablement que de l’ordre d’un milliard quand une réelle réforme fiscale aurait pu durablement redresser nos comptes déficitaires, l’homme qui n’aime pas les riches et ses complices qui n’aiment ni les familles, ni les enfants, ni les porteurs de sweat-shirts s’en tamponnent le coquillard à un point que la décence élémentaire ne permet même pas d’imaginer.

L’impôt sur les marmots, c’est la dernière invention d’une majorité nourrie à la haine des familles et autres immoralités « gidesques ». Car, en effet, malgré la promesse faite par François Hollande le 16 mai dernier, c’est bien un impôt nouveau qui vient d’être levé : cela fait cependant déjà quelques mois que nous avions compris que l’instigateur du « mariage pour tous sauf pour lui » ne tient ses serments qu’envers ceux qui obtiennent, par voie de lobbying, leurs rendez-vous avec lui en moins de 48 heures.

Entendons-nous bien, l’universalité de la redistribution horizontale, base nécessaire mais insuffisante d’une politique familiale, n’est conservée qu’en raison de l’incroyable mobilisation qu’a suscitée contre elle la mise à mort du premier des principes universels de l’existence même d’une famille : la parité dans le mariage. On se demande d’ailleurs à quoi bon cette réformette, qui ne rapportera qu’à peine de quoi financer la mesure compensatoire de création de 100.000 places de crèches et 175.000 autres, dont on ne sait pas très bien quoi, appelées « solutions nouvelles de garde ». Il s’agit probablement de moyens supplémentaires pour arracher, dès leur plus jeune âge, les enfants aux déterminismes familiaux et religieux : la réforme familiale, pour le pouvoir en place, c’est l’instauration d’une civilisation nouvelle, ne l’oublions pas !

cuisine-sciencextra-patatecuistot

64 euros, c’est ce que chaque foyer perdra en moyenne en pouvoir d’achat, pour ouvrir des crèches modèles où l’apprentissage du « gender » aux enfants se fera dès l’âge de 6 mois, comme celle inaugurée par Najat Vallaud-Belkacem en février dernier. Ça me ferait quand même mal d’y voir mes petits-enfants : Gégé, elles sont comment, les crèches en Russie ?

BVOLTAIRE