22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 22:11

bebe-sciencextra-dormir-baille.gif 

latoile.com

 

Certes, on sait que le bâillement est contagieux et certains croient que bâiller permet de réaliser un processus empathique avec les autres du groupe ou encore à se tenir en éveil. D'autres chercheurs ont remarqué quelque chose de curieux : nous bâillons bien davantage en hiver qu'en été. Or, en hiver, il fait froid. Est-ce que bâiller pourrait servir à refroidir le cerveau ? 



L'idée testée est donc que bâiller en été ne sert pas à grand-chose en termes de régulation de température de notre cerveau en ébullition. L'hiver, par contre, cela provoque un échange thermique intéressant. En étirant sa mâchoire, on accroît déjà le flux sanguin dans la région concernée (proche du cerveau donc). En plus, en général, on inhale fortement l'air ambiant lors d'un bâillement. 

L'étude a bien montré que l'on réalise davantage cette action lorsque les températures ambiantes sont basses (après avoir contrôlé tous les autres paramètres comme l'humidité, le temps passé à l'extérieur et, bien entendu, la qualité du sommeil de la nuit précédente). La moitié des gens suivis ont bâillé un jour donné en hiver contre un quart en été. Il existe aussi une relation avec le temps passé à l'extérieur en effet, surtout l'été. 

C'est la première étude qui montre en tout cas qu'il existe un effet saisonnier sur le bâillement. Cette étude n'est pas si inutile que cela. Les personnes atteintes de sclérose en plaques ou épileptiques ont souvent des problèmes de bâillements trop fréquents ou de régulation de la température.

Partager cet article

Published by Internaaze - dans Pourquoi-Comment
commenter cet article

commentaires

Navigation

  • : SCIencextrA
  • SCIencextrA
  • : Les sciences simplement, les peoples intimement!
  • Contact

SCIencextrA


 

Recherche

Rechercher sur le site :

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog