Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SCIencextrA

SCIencextrA

Menu
Snowden ridiculise les USA

Snowden ridiculise les USA

HONG KONG/MOSCOU (Reuters) – Le départ de Hong Kong d’Edward Snowden, l’informaticien à l’origine des révélations sur le programme Prism, constitue un revers diplomatique pour Barack Obama, qui tentait dernièrement de réchauffer les relations avec Moscou et de développer un nouveau partenariat avec Pékin.

Le jeune informaticien de 29 ans, qui travaillait en sous-traitance pour la National Security Agency (NSA), a été inculpé vendredi pour espionnage par les Etats-Unis, qui faisaient pression sur les autorités de Hong Kong pour obtenir son extradition.

Mais ces dernières ont fait savoir dimanche que l’ancien consultant avait quitté volontairement la région administrative spéciale après y avoir été autorisé, invoquant la non-conformité du dossier transmis par les Etats-Unis à la loi de Hong Kong pour traiter une requête de mandat d’arrêt provisoire.

Une source proche de la compagnie aérienne russe Aeroflot a indiqué qu’Edward Snowden avait réservé un siège sur un vol à destination de Moscou et qu’il repartirait lundi pour La Havane avant de se rendre pour le Venezuela.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patino, a annoncé peu après que l’informaticien avait demandé l’asile politique à l’Equateur, qui appartient avec Cuba et le Venezuela à l’alliance ALBA de pays latino-américains « anti-impérialistes ».

La fuite d’Edward Snowden constitue un revers en matière de politique étrangère pour Barack Obama, qui tente depuis 2009 de se rapprocher de Moscou et depuis plus récemment de Pékin.

« C’est vraiment un coup dur diplomatique pour le président, pour les Etats-Unis, mais en tant qu’Américains, nous devons soutenir le président », a déclaré le représentant républicain Peter King.

Interrogé sur la fuite d’Edward Snowden, le porte-parole de Vladimir Poutine, Dimitri Peso, a dit tout ignorer des intentions du jeune homme âgé de 29 ans.

« GRAVES CONSÉQUENCES »

Le sénateur américain Charles Schubert, interrogé par CNN, a estimé au contraire que le président russe avait vraisemblablement donné son aval, ce qui aura de « graves conséquences » sur les relations bilatérales.

« Poutine a toujours l’air pressé de mettre des bâtons dans les roues aux Etats-Unis -que ce soit sur la Syrie, l’Iran et maintenant bien sûr avec Snowden », a-t-il jugé, ajoutant qu’il voyait dans la décision de Hong Kong de laisser Snowden quitter le territoire chinois « la main de Pékin ».

En privé, les responsables américains pensent que les autorités de Pékin ont demandé à laisser partir Snowden pour transmettre à Moscou la « patate chaude » qui aurait pu dégénérer en querelle diplomatique.

« Pour la Chine, c’est certainement un soulagement. Ils ne voulaient pas le laisser rester trop longtemps », a déclaré Cheng Li, spécialiste de la politique chinoise à la Brookings Institution.

« Si les choses dégénèrent (avec Snowden), cela ébranlera certainement les avancées acquises lors de la rencontre en Californie. La Chine est donc sans doute très contente que la Russie soit maintenant devenue la principale cible », a-t-il ajouté, faisant référence à la rencontre entre Obama et le président chinois Xi Jinping début juin.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a exprimé lundi sa « grave préoccupation » au sujet des accusations formulées par Snowden, ajoutant qu’elles prouvaient une fois de plus « que la Chine était victime de cyberattaques » et que son pays s’était « plaint auprès des Etats-Unis ».

Edward Snowden a déclaré au quotidien hongkongais South China Morning Post que les Etats-Unis se livraient à des actes de piratage informatique à Hong Kong et en Chine depuis des années, notamment à l’encontre de sociétés chinoises de téléphonie mobile et de l’Université Tsinghua, l’une des plus réputées de Chine.

Si elle est avérée, sa fuite vers Moscou montre que ni la Chine ni la Russie n’auront cherché à satisfaire la requête des Etats-Unis, alors que les présidents chinois et russe ont tous deux eu des entretiens bilatéraux ce mois-ci avec Barack Obama.

wc-sciencextra-sale-propre-nettoyage-crade-porc-cochon-merd

Dans un communiqué, le département d’Etat américain a averti les « gouvernements de l’hémisphère occidental » qu’Edward Snowden était recherché pour crime grave et ne devait pas être autorisé à voyager davantage sur les lignes internationales.

L’hémisphère occidental désigne généralement les Amériques et les extrémités occidentales de l’Europe et de l’Afrique.

L’administration Obama s’est toujours décrite comme une victime de cyberattaques en provenance de Chine.

Lors de sa rencontre début juin avec son homologue chinois Xi Jinping, Barack Obama l’avait appelé à reconnaître la menace posée par le cyberespionnage vis-à-vis des Etats-Unis et à enquêter sur le problème.

James Pomfret, Lidia Kelly et Sui-Lee Wee; Hélène Duvigneau pour le service français

BVOLTAIRE